mardi 10 octobre 2017

Rencontre avec Thierry Benoit

Pas simple d’être un SDF d’origine maghrébine au fin fond de l’Ariège surtout quand un meurtre sordide s’y produit. Medhi se retrouve en coupable idéal. Mais avec l’aide du dernier communiste du département, d’un gardien de musée érudit, d’une anglaise à la personnalité compliquée, d’une fana de chats et d’une punkette ancienne flic, l’enquête promet d’être mouvementée…

Tu fais un coupable très présentable : SDF, ancien taulard, présent sur la scène de crime, Arabe, exilé volontaire en Ariège… Sans homicide fixe.
Le gendarme tenait son arme à bout de bras. En déplaçant ses jumelles, Mehdi suivit la direction du pistolet. Il eut à peine le temps d’apercevoir la vache. Le sang gicla entre les deux cornes, l’animal  s’effondra et il entendit le coup de feu avec le léger décalage dû à la distance. Sans jeter un coup d’oeil au bovin, les militaires s'étaient précipités vers une touffe de ronces à quelques pas de l’animal. Mehdi cherchait en vain l’objet de leur agitation quand la cavalerie entra en scène : six voitures de pompiers et de gendarmerie approchaient, sirènes hurlantes. Il n'y comprenait rien, mais sa vieille expérience de vagabond lui commandait la prudence : mettre les voiles. Adieu sédentarité ariégeoise, retour à la rue toulousaine.

 Thierry Benoit a exercé plusieurs métiers dont le journalisme lors d’un long passage dans la presse quotidienne nationale. Il est réfugié dans le Volvestre, au sud de Toulouse, depuis plus de vingt ans.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire